RwandaSoir

Une voie/voix pour les sans-voix/voie

  • DONNEZ VOTRE AVIS!

    PAUL KAGAME SERA-T-IL RECONDUIT?
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 29 autres abonnés

  • KokelikooooOOOO000O!

    Singombwa ko unkunda.Nyubahira ko tudasa!

Posts Tagged ‘Kimanuka’

ORINFOR : Genèse du déluge du 21 avril.

Posted by kayihura sur 5,mai, 2009

orinforTout aurait commencé avec la cheftaine des ressources humaines. Très libre, elle était accusée, par le personnel, de favoritisme et de népotisme. Dans ses recrutements, pas assez prudents, elle aurait été aidée par un chef d’unité qui effectuerait des mutations comme au jeu de cartes. Dans ce cadre, un responsable d’une radio communautaire est nommé chef d’unité « presse écrite ».Celui qu’il remplace redevient simple journaliste à la télé.

  kimanuka                

Dans ses efforts pour se faire accepter, le nouveau dirigeant de la presse écrite se heurtera à un chef d’imprimerie qui démissionne tout de suite. Après le départ de celui-ci, les hautes sphères de la politique rwandaise sont informées d’un  contrat qui aurait été contresigné par le directeur général de l’ORINFOR en vue d’accélérer  l’installation d’une web-machine pour la nouvelle imprimerie en construction.

Cette information s’ajouterait à celle de la commission de 10% accordée aux fournisseurs de publicité pour pouvoir surmonter la concurrence des radios naissantes.

La police arrête le patron de l’ORINFOR. La ministre de l’information ordonne la suspension du chef d’unité « Centres régionaux et radios communautaires », du nouveau chef de la presse écrite, de la cheftaine des ressources humaines et ses acolytes ainsi que du conseil d’administration.

 

En même temps, elle rappelle l’ancien chef d’imprimerie ci-haut cité, pour occuper le poste de chef d’unité « presse écrite ». Un comité de crise est alors constitué dont le rédacteur en chef du journal la nouvelle relève et celui du journal kinyarwanda Imvaho, le directeur des affaires financières, le directeur de Radio-Rwanda et le rédacteur en chef de la télévision rwandaise à défaut de sa directrice et en même temps directrice générale adjointe de l’ORINFOR qui se trouverait aux Etats Unis en congé de maternité.

 

La comite de crise est chargée d’effectuer un triage en vue de profiter de cette situation  pour effectuer un coup de balai  depuis longtemps souhaité par le président de la République lui-même. Aucun critère officiel de licenciement n’est préétabli. Aucun employé n’est auditionné.

Presque tout le personnel de l’unité des finances est alors sacqué. Deux journalistes d’Imvaho, quatre de la Nouvelle Relève dont une diabétique en repos médical et la secrétaire de rédaction (une des rares employées sous-contrats à voir leur contrat résilié unilatéralement) sont congédiés. Il y a  aussi deux journalistes de Radio Rwanda dont le rédacteur en chef des journaux parlés et une dizaine à la télé dont un célèbre artiste- sculpteur,  des cameramen attitrés  ainsi que d’autres techniciens et journalistes de renom. Les lettres de suspension et de résiliation du contrat sont signées par la ministre elle-même avec copie pour information au Président de la République et au ministre de la fonction publique et du travail.

 

Jusqu’à présent ces derniers sont  en désolation.

 « Les articles  65 et 66  sur lesquelles s’est basée la ministre de l’information, sont tellement floues que nous n’y voyons que du feu .Nous ne voyons aucune autorité qui puisse nous écouter tant que la cause brandie est la réforme ! » se lamentent-ils.

L’article 65 du statut général des fonctionnaires de l’état stipule que la suspension suit  l’absence du travailleur sans motif ou avec un motif spécial.

L’article 66 précise que le travailleur est suspendu lorsque son poste n’existe plus, s’il affiche une absence prolongée de plus de 15 jours au moins sans motif valable  ou lorsqu’il écope d’une peine d’emprisonnement de moins de six mois.

Ils apprennent seulement qu’une dame a été nommée à la tête de l’unité des ressources humaines avec pour mission de sélectionner les employés à suspendre définitivement, en se basant cette fois-ci sur leurs dossiers respectifs.

Une autre mauvaise nouvelle leur tombe dans les oreilles : Aucun déflaté ne recevrait son salaire du mois d’avril en totalité.

 Rappelons que les lettres de suspension ont été signées le 21 avril 2009.

Posted in Droits humains | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Déluge ă l’ORINFOR. Moi-même libre de tout engagement!

Posted by kayihura sur 22,avril, 2009

Après l’arrestation du directeur général de l’office rwandais d’information (ORINFOR)Oscar Kimanuka, le vocabulaire pour qualifier ce qui vient de se passer dans cet office manque. Certains hésitent ă qualifier cet acte d’apocalypse parce que ce n’est pas tout le monde qui est parti. Ce n’est pas non plus un coup de balai promis par le président de la république lui-même car ceux qui partent ne sont pas ceux qui étaient médiocres. Il y en a de qualifiés et d’autres qui jouissent d’une expérience de plus de 10 ans dans la carrière.

D’autres préfèrent appeler cela déluge puisque les licenciements massifs qui viennent de s’opérer regardent les médiocres comme les qualifiés, les vieillards comme les jeunes, les expérimentés comme les nouvelles recrues ,les gens introduits ă l’ORINFOR par voies anormales comme les personnes qui ont passé un test de recrutement .

Personne ne connait les critères suivis, mais certains doutent du climat qui régnait entre certaines gens qui viennent de partir et les rédacteurs en chefs qui sont restés et qui faisaient partie de la commission de triage.

Je suis ă l’ORINFOR depuis la fin du génocide. Dès lors on m’a tour ă tour confié les centres régionaux d’informations chauds comme Gikongoro(sud) du temps de la zone turquoise, Kibungo(est) du temps du retour des refugiés, Kigali ngali (centre)du temps des infiltrés, la ville de Kigali du temps des restitutions des biens aux  refugiés , et Nyagatare tout récemment avec le renvoi massif des anciens refugies de la Tanzanie.

J’ai également servi ă la Radio-Rwanda pour assurer l’intérim du chef du journal parlé Kinyarwanda qui était envoyé ă Arusha pour longtemps. Je travaillais pour le moment avec le journal français «  La nouvelle relève » et j’animais la rubrique de la justice, des droits de l’homme et des nouvelles régionales.

La lettre que je viens de recevoir me suspend pendant six mois avec pour motif la restructuration de l’ORINFOR.

Ma conscience est tranquille et ce n’est pas une grande surprise pour moi.En effet entre mon rédacteur en chef et moi le courant ne passait plus et il fait partie de l’équipe de triage! « Ibyagiye cyera ibyagurukana irago »dit-on en kinyarwanda pour signifier que je venais de passer trop de temps pour ne pas laisser place aux plus jeunes.

 Chers amis, ce remue- ménage peut brouiller un peu la régularité de notre blog commun car je bénéficiais d’un Wifi gratuit pour vous entretenir de ce qui se passe dans la sphère de la justice rwandaise;

Emissaire du MININFOR chargé de la distribution des lettres noires

Emissaire du MININFOR chargé de la distribution des lettres noires

 mais je ne vous quitte pas. J’espère que je vais me débrouiller avec des cyber cafés.

Posted in Publie par Eric Kayihura | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Les employés de l’ORINFOR ont peur d’un autre tsunami

Posted by kayihura sur 21,avril, 2009

orinfor

Après l’arrestation du boss de l’Office Rwandais d’information(ORINFOR) Oscar Kimanuka, la conversation des journalistes et des autres fonctionnaires de cette industrie des mots tournent autour des causes et des conséquences de cette arrestation. Les uns craignent des licenciements massifs comme ceux de 2006 qu’ils avaient baptisés « tsunami ». Des rumeurs circulent et il n’y a personne pour les éclairer :

« Un comité de crise a été mis sur place, le conseil d’administration a été suspendu, de même que certains chefs d’unité dont celui en charge du personnel et des recrutements ainsi que celui en charge de la presse écrite et de la nouvelle imprimerie » affirment certains agents de Radio Rwanda qui ont requis l’anonymat.

Les bureaux administratifs et financiers de l’ORINFOR  sont fermés depuis samedi et la police  en tenue civile circulent calmement.

 

Posted in Publie par Eric Kayihura | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Le directeur de l’ORINFOR entre quatre murs.

Posted by kayihura sur 20,avril, 2009

 

Oscar Kimanuka

Oscar Kimanuka

 

Le nouveau directeur de l’Office Rwandais d’Information(ORINFOR)  a été placé en garde à vue depuis samedi dernier.

 

« La police l’a fait dans le cadre des investigations sur les allégations de corruption dont le directeur Oscar Kimanuka est accusé ».annonce le porte-parole de la police rwandaise John Uwamungu, sans plus de détails.

La ministre de l’information Louise Mushikiwabo a vite libéré un communiqué entendu sur les ondes de Radio-Rwanda (une des composantes de l’ORINFOR) précisant que Kimanuka est soupçonné de mauvaise gestion.

Selon les sources proches de la famille d’Oscar Kimanuka, la police ferait des enquêtes sur d’éventuelles irrégularités dans les contrats  pour l’installation d’une nouvelle imprimerie.

Oscar Kimanuka a été nommé directeur de l’ORINFOR en 2007 après avoir suivi une formation en matière de sécurité intérieure au Kenya.

Auparavant, il était chargé de la rédaction des discours du Président  de la République. Il détient une licence en éducation obtenu à Makerere (Uganda) et un master en économie acquis de Manchester University, après avoir écrit un livre sur les défis de développement des pays  sub-sahariens.

Il a été nommé en remplacement de Joseph Bideri qui est actuellement patron de New Times, un quotidien rival de l’ORINFOR.

C’est New Times qui a publié en premier le scoop.

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »