RwandaSoir

Une voie/voix pour les sans-voix/voie

  • DONNEZ VOTRE AVIS!

    PAUL KAGAME SERA-T-IL RECONDUIT?
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 29 autres abonnés

  • KokelikooooOOOO000O!

    Singombwa ko unkunda.Nyubahira ko tudasa!

Posts Tagged ‘Tribunal’

Excusez-moi tous, je ne faisais que mon métier! (Bemeriki)

Posted by kayihura sur 23,février, 2009

Métier,  crime,  liberté d’expression et responsabilité : l’ex-journaliste de RTLM plaide coupable. Mais elle ne dit pas de quoi !
bemeriki

Bemeriki dans sa tenue de détenue

Au cours d’une audience dans la salle du tribunal traditionnel-gacaca de Nyarugenge dans la ville de Kigali, Madame Valery Bemeriki très entendue au cours du génocide sur les ondes de la Radiotélévision Libre des Mille collines(RTLM) plaide coupable mais au lieu d’ajouter de génocide elle dit qu’elle faisait son métier.

Elle affirme en outre  qu’elle était très convaincue de ce qu’elle disait. Elle n’a même  pas peur de rappeler les personnes tuées parce que leurs noms étaient   cités par elle sur la radio.

 

 

bemerikiExcusez-moi tous, je ne faisais que mon métier!

Valérie Bemeriki explique que ses anciens chefs sont plus coupables car, affirme-t-elle, ils avaient réussi à la convaincre que n’eut été ce moyen, les Tutsis allaient exterminer les hutus : »C’est pour cela que j’ai crié, crié et cité les noms de tutsis sur les ondes. J’étais convaincue ! »clame-t-elle aux juges. 

 

 

Bemeriki a été appréhendée en RD Congo et détenue depuis neuf ans ,dans la prison centrale de Kigali connue sous les chiffres de  1930 .

 Bemeriki affirme qu’elle est parmi les premières à être contactée par l’état-major de l’armée peu après le crash de l’avion présidentiel qui ramenait Juvénal Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira pendant qu’ elle était en studio. Elle aurait même voulu se rendre immédiatement aux lieux du crime avant que son directeur Ferdinand Nahimana ne soit au courant.

Elle affirme qu’après avoir trouvé impossible d’atteindre Kanombe à cause des tirs, elle s’est alors résolue à revenir en studio pour faire le flash d’information: « L’avion du Président vient d’être abattu par les casques bleus ! »

« C’est notre état-major qui venait de nous l’annoncer « ! dit-elle aux juges.

Son aveu de culpabilité peut lui épargner la condamnation à réclusion criminelle, qui consiste à l’isolement total à perpétuité.

C’est la plus grande peine  qui remplace la peine de mort et qui peut être prononcée par les juridictions gacaca.

Valérie Bemeriki a servi la RTLM depuis 1993.Selon les sources proches de la prison centrale de Kigali, Bemeriki serait aussi témoin a charge ontre Rusesabagina.

 

 

George Ruggiu en pleine action en 1994

George Ruggiu en pleine action en 1994

 

 

 

 

Son confrère George Ruggiu a ,quant à lui, écopé d’un emprisonnement de 12 ans pour le même crime.

 Convaincue et convaincante, Bemeriki était très connue à travers tout le pays, après le célèbre Kantano en kinyarwanda et  George Ruggiu en langue française.

Publicités

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Et ces procès qui se déroulent à l’absence des victimes ?

Posted by kayihura sur 7,juillet, 2008

 

Publié par

 Eric Kayihura Bushishi

 Dans Justice

 

Au moment où la population rwandaise dénonce le fait d’avoir détaché le Tribunal Pénal International pour le Rwanda(TPIR) des bénéficiaires, certains procès au Rwanda se déroulent encore à l’insu des victimes.

 

L’affaire Musonera  suscite plus de questions que de réponses

 

Monsieur Joseph Musonera a été appréhendé par le tribunal-gacaca de Nyarugenge pour avoir voulu se rendre au Burundi  ( fuir le pays ) et avoir été complice dans la mort d’une femme à  Biryogo dans la ville de Kigali. Le tribunal –Gacaca de Biryogo a été saisi de l’affaire et a voulu prendre le cas en mains.

Le tribunal-gacaca de Nyarugenge a reformulé les accusations : Joseph est alors accusé des pillages et de complicité dans le génocide du grand hôpital de Kigali(CHK) .Sa dame qui avait été appréhendée pour avoir terrorisé un témoin, écope d’une peine de six mois alors que le témoin venait de nier l’effet. La population de Biryogo impute ces irrégularités au fait que les procès se sont déroulé  au  tribunal-gacaca de Nyarugenge alors qu’à  on maitrisait mieux la situation.

 

A la fin du procès , force a été de constater que Joseph Musonera a été reconnu coupable sur base des déclarations d’un autre accusé qui l’avait cité (par mégarde a-t-il déclaré aux juges ) comme ayant été un jour à l’hôpital CHK au moment du  génocide.

 Même si personne n’a montré ce que Joseph Musonera a fait  là-bas ce jour –là, (Passer au CHK ne constitue pas en soi un crime), Musonera nie y avoir mis ses pieds au cours du génocide et personne ne dit le contraire.

De plus, le juge a fait état de sa connaissance des actes accusés à Joseph Musonera, sans qu’il démontre qui l’accuse. Ainsi la détermination de la culpabilité ne s’est pas fondée sur les faits mais sur l’opinion du juge qui a commencé le procès en demandant à l’accusé de démontrer lui-même qu’il n’avait pas pillé alors qu’il apparait riche. Aucune victime , aucun rescapé ,aucune information sur le comportement de Joseph Musonera pendant le génocide, n’ont été révélés.

Enfin, le public a été frappé par le fait que le juge, en prononçant la sentence, s’est basé sur ce qui n’a pas été dit durant le procès. En effet, personne n’a témoigne en déclarant avoir vu Joseph Musonera et sa femme commettre les forfaits dont ils étaient accusés à savoir le pillage et la complicité dans le génocide .

 Un Tribunal de Huye, juge l’affaire de Kamonyi.

 Dans la cellule administrative de Cyambwe, à Musambira dans le district de Kamonyi, une vieille du nom d’Adèle Nyirantahobava entend par ouï-dire  que sa foret va être mise aux enchères.

Surprise, elle tente d’arrêter l’exécution, mais en vain. Elle reçoit les explications comme quoi  son fils Minani Furaha a offert cette parcelle à son ami Sosthène Musafiri qui l’a ensuite hypothéquée à la banque populaire de Musambira.

Elle apprend également qu’un procès s’est déroulé à Huye à l’absence de son fils et de Sosthène Musafiri qui était accusé d’insolvabilité.

La population qui connait les deux voisins annoncent qu’elle ne comprend pas ce qui se passe ni pourquoi la banque populaire de Musambira a préféré saisir le tribunal de Huye.

Huye est à plus de 80 km  de l’objet du litige.

Eric Kayihura Bushishi, Rwanda

 

 

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »