RwandaSoir

Une voie/voix pour les sans-voix/voie

  • DONNEZ VOTRE AVIS!

    PAUL KAGAME SERA-T-IL RECONDUIT?
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

    Rejoignez 29 autres abonnés

  • KokelikooooOOOO000O!

    Singombwa ko unkunda.Nyubahira ko tudasa!

Archive for mars 2009

WARNING!-MISE EN GARDE!

Posted by kayihura sur 31,mars, 2009

A partir du 1 jusqu’au 15 avril, ce site pourra héberger des images du génocide qui pourraient choquer les enfants de moins de 14 ans !

De plus, les textes seront écrits en mauve en guise de commémoration du génocide qui a  endeuillé  le Rwanda en 1994.  

Publicités

Posted in Publie par Eric Kayihura | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Encore des irrégularités dans la gestion de la chose publique

Posted by kayihura sur 30,mars, 2009

Dans un rapport présenté récemment au parlement rwandais et dont nous avons  reçu une copie, l’auditrice générale des finances publiques,

Evelyn Kamagaju,l'une des femmes  respectées au Rwanda.

Evelyn Kamagaju,l'une des femmes respectées au Rwanda.

Mme Evelyn Kamagaju Rutagwenda  signale encore une mauvaise gestion de la chose publique par les institutions de l’état.

 

 

 En effet, selon le rapport2007 ; 99 sur 355  institutions étatiques et parastatales ont été auditées depuis 2003.125 rapports viennent d’être confectionnés.

3 seulement de ces 125 rapports montrent que les livres bancaires  sont  tenus correctement.

26 institutions sur les 355 avaient envoyé leur rapport 2007 avant le 31 mars 2008 comme le prévoit la loi organique régissant les finances  de l’état.

Plus de 818 millions frws étaient déposés  sur 65 comptes bancaires sans être signalés dans les rapports.

L’auditrice signale également une différence de plus de 10 milliards Frws dans le transfert d’argent entre institutions, ce qui fait peur que ces institutions auraient reçu une somme d’argent supérieure aux chiffres qui se trouvent au  trésor public. Elle a rencontré aussi près de un million Frws qui moisit dans les comptes de la cour suprême alors qu’il s’agit des garanties qui devaient retourner au peuple.

De plus, des marchés d’une valeur de plus de 2 milliards frws ont été octroyés sans l’aval du comité ad hoc, sans parler de la somme de plus de 600 millions ,sortie sans l’autorisation du Bureau chargé des marchés au Rwanda (RPPA).Plus de 6 milliards frws sont sortis sans pièce justificatives dont 86% dans les districts.

Le rapport signale enfin que les contrats de location de la gare de Nyabugogo (gare principale louée par l’Association pour le Transport en Commun, ATRACO) ne sont pas respectés.

Mme Evelyn Kamagaju Rutagwenda, est auditrice générale depuis 2004. Elle a obtenu en 1981 une licence en commerce de l’Université de Makerere(Uganda) avant de poursuivre son programme de comptabilité publique  à l’école de Strathmore (ACCA) entre 1983 et 1986

 

Elle a reçu le prix « Global Achievement Award » pour l’Afrique et le Proche Orient en 2008. Elle est parmi les femmes les plus respectées pour leur travail à Kigali.

 

 

 

 

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un Espagnol en garde à vue à Kigali.

Posted by kayihura sur 27,mars, 2009

Mary Gahonzire
Mary Gahonzire,Haut Commissaire de la police rwandaise

Depuis cette semaine, un Espagnol du nom de Luis Duines Hillela  est détenu par la  police rwandaise à Kigali. Selon le porte-parole de la police John Uwamungu, l’expatrié travaillait pour la société Espina Obras Hidraulicas qui traite l’eau de la rivière Nyabarongo pour alimenter la ville de Kigali.

 

Mr. Luis Duines Hillela est accusé d’avoir  fait entrer frauduleusement dans le pays des carreaux pavés d’une valeur de 10.000 euros.

Selon les journalistes, celui-ci  plaide coupable et demande pardon à la justice rwandaise et au gouvernement rwandais.

Son coaccusé, le Rwandais Jean Bosco Bavakure et employé du Programme National d’Alimentation et d’Assainissement en milieu rural, plaide non coupable.

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Vente aux enchères des parcelles de Kiyovu-Rugenge

Posted by kayihura sur 26,mars, 2009

 

Photo Transparency

Photo Transparency

 

Les parcelles naguère appartenant à la population de Kiyovu et Rugenge dans la ville de Kigali sont mis aux enchères par la Caisse Sociale du Rwanda. Selon les prix fixés  à la publicité, une parcelle qui avait une valeur de moins de 5 millions Frws (moins de 1.000 US$) lors de l’expropriation, a pour le moment une valeur de plus de 60 millions Frws (plus de 100.000 us$).

Pour sa part, la ville de Kigali a lancé un communiqué appelant les investisseurs privés à venir participer aux enchères.

Les anciens propriétaires se rappellent avoir été déplacés pour cause d’intérêt public.et certaines  voix s’élèvent pour dénoncer ce procédé :

« Il faut définir le mot intérêt public si on commence à nous exproprier manu militari pour ensuite vendre nos parcelles à des prix exorbitants », s’indignent-elles.D’autres sources révèlent qu’un ancien propriétaire se serait suicidé récemment, dans le même secteur administratif de Muhima.

55% des gens qui vivaient dans le quartier connu sous le nom de Kiyovu-Rugenge affirment qu’ils n’ont pas été satisfaits des frais d’expropriation, tel que cela a été constaté par une association sans but lucratif pour la lutte contre la corruption basée à Kigali.

Le Maire de la ville, Dr. Aisa Kirabo Kacyira annonce que toutes ces personnes avaient bénéficié d’un préavis nécessaire et de compensations adéquates.

 

 

Posted in Publie par Eric Kayihura | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Guerre entre la connaissance théorique et l’expérience dans la presse rwandaise

Posted by kayihura sur 18,mars, 2009

Ils ont peur qu'avec la  nouvelle loi sur la presse au Rwanda, ils iront vendre les tomates!

Ils ont peur qu'avec la nouvelle loi sur la presse au Rwanda, ils iront vendre les tomates!

Une guerre froide est en train d’être  alimentée dans les médias rwandais. Certains journalistes, surtout les  jeunes lauréats des écoles de journalisme, brandissent l’étendard de la connaissance (knowledge) tandis que  les vieux loups du métier brandissent celui de l’expérience.

La ministre de l’information Louise Mushikiwabo nie avoir dit que seuls les ressortissants des écoles de journalisme feraient le métier.

« Même ceux qui n’ont pas fait le journalisme sont autorisés à faire le métier à condition de bénéficier d’une formation ad hoc. » a-t-elle expliqué au président de la république Paul Kagame lors d’une  conférence de presse.

Le projet de loi sur la presse est catégorique à ce sujet : « Pour créer ou diriger un journal au Rwanda il faut au moins avoir terminé l’école de journalisme ».

Un professeur de journalisme est même arrivé à comparer la presse rwandaise actuelle à la médecine traditionnelle : « On trouve des praticiens traditionnels qui n’ont pas fait la médecine et des médecins modernes », a-t-il déclaré à la BBC .

Un autre journaliste nous a confié : « Nous avons  su gérer l’après-génocide, nous avons  ramené au bercail les Rwandais qui vivaient à l’étranger, nous avons  su promouvoir l’unité et la réconciliation jusqu’à nos jours, sans ressource aucune et voilà que les ressources commencent à apparaître, on cherche à nous écarter !Ishaka gucura indi yiyita nkuru koko !(Qui veut noyer son chien l’accuse de rage !ndlr)

Posted in Droits humains | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Mako Nikoshwa :Un musicien rwandais qui a ses principes et qui sait les suivre.

Posted by kayihura sur 16,mars, 2009

: Bienvenu cher journaliste. J’allais te téléphoner .Tu ne manques pas au rendez-vous. On monte dans ma chambre tout de suite ? M’accueille Mako Nikoshwa à la réception de l’hôtel Sky à Kigali.J’acquiesce de la tête.On monte les escaliers jusqu’ au deuxième étage .Il me fait signe de m’asseoir. Je lui propose de lui prendre quelques photos. Il accepte volontiers. Puis, je commence mon interview.

Photo rwandasoir

Photo rwandasoir

Mako 

 

 

Eric:Peux-tu révéler à nos lecteurs ta vraie identité ?

Mako : Mon nom est Mako Nikoshwa. Mako de Makombe et Nikoshwa qui signifie «akagabo ntikoshywa »(Un petit homme qui ne peut se laisser avoir).

Mes chansons ont  commencé à être connues en 2004.Je donne des messages qui touchent le cœur des auditeurs telles Agaseko,Maria Roza,Nkunda kuragira,Bonane,Hora et Umutima …connue sous Umutima waraye umpondagura etc. Mes chansons donnent un message aux Rwandais.

Par exemple après  mujyane j’ai reçu beaucoup de témoignages de la part des gens qui avaient des problèmes dans leur foyer et qui ont pu les résoudre grâce à cette chanson. Dans la chanson, j’explique que l’amour est primordial.

Pour moi, le développement du pays repose sur l’harmonie familiale.

Avant de chanter je réfléchis sur le message.

Eric : Tu as de nouvelles chansons ?

Mako : Biensûr. J’ai 3 chansons qui vont bientôt sortir : Disi we en kinyarwanda, Rwandese woman en anglais en kiswahili et en kinyarwanda ainsi que My song dans les 3 langues.

Dans Rwandese Woman je chante la beauté réputée de la femme rwandaise à travers le monde entier et j’envisage  un très grand  show.

Eric: As-tu un rythme connu ?

Mako : Non. Je change selon les chansons

Eric: Le show c’est quand ?

Mako : Au Rwanda les shows bien préparés exigent un gros budget or les investisseurs ne sont pas prêts à entrer dans ce business. Je veux que mon show soit spécial.Je veux démontrer que les Rwandais sont aussi capables. Qu’ils ont du talent .J’y reflechis, il faut que ce show  réussisse!

Eric : Sais-tu a quel degré ta musique est perçue par rapport aux autres?

Mako : Il ya des shows dans lesquels je suis invité ,il y en a d’autres que je fais sur ma propre initiative. Les musiciens étrangers ont du talent mais moi aussi j’ai le mien. Je suis aimé et je veux que mes chansons soient compétitives. Pour  cela  je prépare un vrai showbiz ! Il faut que les mélomanes rwandais sentent la valeur des musiciens rwandais et la différence entre  nous et les autres. Je prépare un show pour  montrer aux Rwandais que je ne suis pas un musicien de studio mais un musicien actif. Je ne suis pas le meilleur mais je suis parmi les bons et je suis toujours capable. J’ai beaucoup de messages à donner. Un musicien n’est pas celui qui chanter pour chanter. Il faut qu’il donne un message, qu’il eduque, qu’il guide les cœurs vers l’espoir de la vie. Moi je donne des messages sur mon expérience. Je ne peux pas attiser les haines ni amener les gens à desesperer.Je prêche au contraire le pardon, l’amour, la charité, le  patriotisme…Je ne suis pas un enseignant. Je ne suis  pas non plus un saint. J’apprends moi aussi. Quand je trébuche j’accepte d’être corrigé.

Eric : Tu chantes dans quelle langue ?

Je connais plusieurs langues mais je préfère chanter en kinyarwanda.

Eric : Donc tu es rwandais…

makoMako : Quoi ? Je suis Rwandais. Je chante en kinyarwanda. Je suis rapatrié.Le kinyarwanda est beau c’est pour cela que les rwandais doivent être fier de s’exprimer en kinyarwanda. Je veux habiter au Rwanda et améliorer mon art pour qu’il soit plus professionnel et que je puisse vivre de cela. La musique est une industrie riche mais nos investisseurs ne le savent pas encore comme ailleur.Les Rwandais aussi pensent qu’ils n’ont pas de marché alors que les rwandais eux-mêmes sont nombreux. Les Rwandais se trouvent partout dans le monde entier et ils ont besoin d’entendre leur langue.

Eric : Peux-tu faire une comparaison entre le Rwanda et l’Uganda en matière de musique ?

Mako : L’Uganda est très développé. Mais la plupart de musiciens chantent en Kiganda alors qu’il y a beaucoup de Rwandais. J’y ai des fans rwandais mais le plus grand nombre se trouve au Rwanda.

Eric : Comment es-tu entré dans la carrière ?

Mako :Je n’ai pas commencé en tâtonnant comme les autres Dieu soit loué. Quand j’ai commencé, ma musique a vite été aimée.

 Lnr : C’est quand ?

Mako : Ouf ! Je ne me rappelle pas. Dès mon enfance mais je ne vivais plus chez ma grand-mère. J’ai appris la guitare entre 13 et 15 ans.

Eric : Comment trouves-tu la sécurité de tes oeuvres :

Mako : Les Rwandais ne savent pas encore comment vendre leurs œuvres. Nous travaillons dur et les autres profitent. Mais  les mélomanes légaux ne trouvent pas non plus où trouver nos œuvres. J’envisage d’avoir des points de vente qui vont vendre les copies originales et non des produits pirates.

Eric: Déjà avec les trois nouvelles chansons ?

Mako : Non. Les trois chansons vont être entendues sur les ondes des radios. Elles seront vendues après le show.

 Eric : Il est prévu quand le show?

Mako : Je ne sais pas encore mais c’est au cours de cette année.

Eric : A part la sécurité des œuvres quelles sont d’autres difficultés ?

Mako : La jalousie. Certains animateurs radio de mauvaise foi. Certains mauvaises critiques qui ne recherchent que de l’imperfection dans toute œuvre. Et puis quand vient une compétition je ne suis pas invité  sous un faux prétexte que je ne serais pas rwandais. Cependant je suis  rwandais à part entière. J’ai ma carte d’identité rwandaise même si je n’ai pas de terrain. Mon sang est rwandais. Si je fais mes chansons à l’étranger ce n’est que pour élargir le marché. L’Afrique est pleine de Rwandais. Les Rwandais constituent un grand marché, il suffit de leur exposer nos produits.

Une autre difficulté  est liée à des artistes qui ne font que mettre les bâtons dans les roues des autres alors que nous pouvons vivre ensemble. Quand tu fais une œuvre, quelqu’un d’autre s’arrange pour te calomnier. Et à tous ceux-là j’ai un message : Laissons parler nos œuvres.

Eric :Les musiciens rwandais sont connus en Uganda ?

Mako :Oui. En Uganda on me connait, On connait Samputu et Jean Christophe Matata. Moi je fais tout pour amener ces étrangers à aimer notre musique. Un peu comme les Congolais qui ont pu s’attirer les foules du monde entier qui ne pigent rien en lingala.

Eric:Vous avez un rythme préféré ?

Mako :Non. Le rythme dépend de la chanson et du  message. J’essaie d’être créatif.Par exemple Rwandese Woman est battu en Reggae Lover’s Rock. La seconde chanson est en Danse Hall Reggae et comporte des parties en Quietor.C’est un rythme venu de l’Afrique du Sud mais qui a une certaine cadence rwandaise.La plupart de mes chansons sont en Afro-beat.

Eric :En rythme traditionnel rwandais aussi ?

Mako :Le rythme traditionnel  est difficile à pénétrer pour moi. Il  a ses génies. Mais j’ai essayé comme dans Aye Murarare que j’ai fait avec Kayibanda.

Eric :Tu me rappelles. Qui est Kayibanda que tu chantes souvent ?

Mako :Pas souvent c’est dans deux chansons. C’est un présentateur sur CBS, une chaine de Kampala. Avec lui on partage un certain feeling. Il m’appelle souvent comme je peux travailler avec n’importe qui.

Eric :Vous avez un studio connu, un producteur ?

Mako :Non. Je sais ce que je fais. Je n’ai pas besoin de producteur pour me guider. Je choisis moi-même des studios.

Eric:Un sponsor ?

Mako :Non.

Eric:Quels sont tes artistes préférés

Mako :….J’adore la mélodie de Kamaliza.Elle avait un rythme  slow,  rwandais, original, attrayant, attaché à la culture. Je me rappelle  quand elle est venue en Uganda, elle a joué  de la guitare et cela m’a touché aux cordes cordiales. Elle avait vraiment du talent. Nous avons d’autres  vieux talents. Malheuesement lorsqu’on veut les refaire en remix on ne sait à qui s’adresser.

Nos ancêtres avaient du talent. La musique c’est comme une montre. Ses aiguilles tournent et recommencent.photo rwandasoir

Eric : D’autres artistes encore vivants ?

Mako :J’allais te dire Lucky Dube et voila qu’il est mort. Laisse-moi réfléchir…

Eric: Alpha Blondy ?

Mako : Il ne sort plus des chansons et il est trop en politique. Céline Dion ne sort plus. Disons Morgan Heritage.

Eric :Tu n’aimes pas la politique ?

Mako :Non.

Eric :Pourquoi ?

Mako :Chacun veut mener une vie heureuse or dans la politique on peut trébucher. Les politiciens n’aiment pas entendre de mauvaises choses sur eux. Et puis chacun a sa croix.

Eric: Tu as des principes ?

Mako : Le respect du programme. Je ne comprends jamais quelqu’un qui change le programme convenu. Je respecte celui qui respecte ce que je fais. J’aime la vérité même si elle serait contre moi.

Eric :Un message pour tes fans ?

Mako :Sur la terre sachons que Dieu est Alpha. Il faut prier non que le pasteur ou le prêtre de le demandent, mais du fond de ton cœur. Aux jeunes je demande de se défaire des stupéfiants. J’ai beaucoup de nouveaux messages à donner. Alors je demande à tout le monde d’aiguiser ses oreilles pour les écouter à travers mes chansons. Ils m’aiment donc je dois leur satisfaire. L’harmonie et l’amour sont la source de la paix. Cherche à accroitre le nombre des amis et non des ennemis. Apprends à  pardonner et à demander  pardon. Le pardon est gratuit et la demande de pardon ne coûte rien. Quand tu pardonnes tu ne perds rien. Le monde est régi par le mal, parce que les gens sontPhoto rwandasoir vaniteux.

 

Propos recueillis par Eric Kayihura Bushishi.

photo rwandasoir

Posted in Divers | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

La plainte des avocats du Gen.Laurent Nkunda rejetée car mal introduite, rapporte le juge.

Posted by kayihura sur 11,mars, 2009

Me Stephan Bourgon et J.Bosco Kazungu déçus

Me Stephan Bourgon et J.Bosco Kazungu déçus

« Les avocats de la famille du Général-Major dissident congolais Laurent Nkunda ont mal introduit leur plainte et doivent eux-mêmes clarifié l’identité de l’accusé ».

 

Toute cette foule entoure Madame Nkunda(photo Eric Kayihura)

Toute cette foule entoure Madame Nkunda(photo Eric Kayihura)

Telle a été la décision du tribunal de grande instance de Nyarugenge(Kigali).Dans le verdict tombé ce mercredi soir, le juge  a annoncé qu’il revenait aux plaignants, et non au gouvernement rwandais, de  montrer au tribunal l’identité de l’accusé.
«Pour cela, la plainte est rejetée et les plaignants ont 30 jours pour interjeter l’appel »a dit le juge

Elle cache sa déception(photo Eric Kayihura)

Elle cache sa déception(photo Eric Kayihura)

.

 

 

 

Présente et souriante dans l’audience, l’épouse  du général, madame Elisabeth Maheshi Nkunda a annoncé à la presse qu’elle allait continuer sa lutte jusqu’à ce que son mari soit relâché.

Pour son avocat, Mê Stephan Bourgon, toutes les actions vont être entreprises pour démontrer à la communauté internationale qu’ « au Rwanda il y a un individu qui est détenu illégalement et dont le droit de parler à ses avocats lui est refusé ».

Procès largement médiatisé (photo Eric Kayihura)

Procès largement médiatisé (photo Eric Kayihura)

 

Dans sa récente conférence de presse, le chef de l’Etat rwandais Paul Kagame avait répondu aux journalistes que celui-ci était détenu à Gisenyi(Rwanda):

«Son affaire se trouve sur le tapis entre les ministres des affaires étrangères de la RD Congo et du Rwanda. Laurent Nkunda est détenu à Gisenyi en vue de faciliter les relations entre nos deux pays et pour pouvoir gérer ,primo, les problèmes causés par les FDLR, secundo, les opérations conjointes contre les FDLR  ,tertio, le processus de solution des problèmes entre le gouvernement congolais et la CNDP et enfin pour la stabilité.L’affaire Nkunda est une affaire purement congolaise, ce sont les Congolais qui la résoudront avant quiconque» avait-il expliqué.

 

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Début du procès du Gen. Maj. Laurent Nkunda :Un débat oppose les avocats sur la qualité des personnes assignées.

Posted by kayihura sur 10,mars, 2009

photo Eric Kayihura

photo Eric Kayihura

Devant le juge du tribunal de grande instance de Nyarugenge dans la ville de Kigali, 4 avocats plus un traducteur se tiennent debout devant la barre: Me Stephan Bourgon et Me Jean Bosco  Kazungu, avocats de la famille du Gén. Maj.dissident congolais Laurent Nkunda sont à côté de deux mandataires de l’état à savoir Me Epimaque Rubango et Me Emmanuel Butare.

Maitre Kazungu(photo Eric Kayihura)

Maitre Kazungu(photo Eric Kayihura)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le débat contradictoire sur qui doit comparaître a dominé la séance de ce mardi. Les deux mandataires de l’Etat  ont  dénoncé déjà un vice de procédure : «Pourquoi avons- nous été appelés dans un procès à caractère pénal et dans lequel le plaignant a accusé le gouvernement du Rwanda et non l’Etat rwandais? demandent-ils au juge.

En effet selon eux, le gouvernement du Rwanda n’est jamais représenté par les mandataires de l’Etat. Ceux-ci ne représentent que l’état et non le gouvernement !

Maitre Staphan Bourgon(photo Eric Kayihura)

Maitre Stephan Bourgon(photo Eric Kayihura)

 

 

 

 

 

 

 

Les avocats de la famille de Laurent Nkunda expliquent que ni l’état-major rwandais, ni le procureur général, ni le procureur militaire, ni le ministère rwandais de la justice, ni celui des affaires étrangères, ni la police n’ont voulu indiquer à ces avocats l’endroit où serait détenu Nkunda ; Pourquoi il est  détenu , ni pourquoi il n’apparait pas devant la justice.

«Personne ne peut être arbitrairement détenu et privé de liberté, et c’est le gouvernement rwandais qui doit indiquer celui qui en est l’auteur», ont souligné les deux avocats.

Me Stephan rappelle que le président de la République du Rwanda Paul Kagame  a publiquement annoncé à la presse que c’est le gouvernement rwandais qui  détient  Laurent Nkunda et qu’il allait l’ extrader  vers la RDcongo.

Pour lui «le gouvernement rwandais est indivisible»

 

Le procès est classé sous le numéro « RPD 0001 Nyarugenge » et la lettre

« signifierait « Detention ». Ce qui amène le caractère pénal du procès.

L’avocat de la famille Nkunda Me Stephan a saisi le tribunal de grande instance de Nyarugenge vendredi dernier (6mars)  .Il affirme ne pas connaître l’identité de celui qui détient légalement ou illégalement son client. Mardi, il a dominé d’ajouter dans sa plainte deux autorités qui seraient impliquées dans cette affaire à savoir le chef d’état-major de l’armée rwandaise James Kabarebe et la ministre rwandaise des affaires étrangères Mme Rosemary Museminari.

Le procès a été largement suivi par la presse et les hommes de droit tandis que la décision du tribunal est attendue demain mercredi à 15 heures locales.

 

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que pense Paul Kagame sur les mandats d’arrêts contre Hassan Omar El Béchir

Posted by kayihura sur 5,mars, 2009

Lors de la Press Conference

Lors de la Press Conference

Dans une  conférence de presse  au village Urugwiro (Maison blanche ou  Elysée  de Kigali) le 3 mars 2009, le chef de l’état  rwandais  n’a pas voulu se prononcer sur l’arrestation probable du président soudanais Omar El Béchir.

Photo RFI

Photo RFI

 

 

 

« Je ne suis pas d’accord avec  la façon d’agir de la Cour Pénale Internationale (CPI), sa politique sélective, sa politisation des faits…Je l’ai dit je le répète. Etre coupable de quelque chose et la manière d’agir de la CPI sont deux. Je ne parle donc pas de la culpabilité de Bachir ou non, cela n’a rien à voir avec la façon d’agir de la CPI. Nous avons des militaires au Darfour, ils agissent sous le mandat de l’ONU. Si quelque chose  se passe contre eux nous allons nous asseoir et voir ce qu’il faudra faire “a martelé Paul Kagame.

Posted in justice | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »